Le confort acoustique, la tendance phare et vitale de l’aménagement des bureaux

Un cadre de travail trop bruyant est contre-productif. En effet, les nuisances sonores perturbent la concentration des employés lors de l’accomplissement des tâches. Ces dernières décennies, les gênes auditives au travail ont tendance à s’accroître. En cause, l’aménagement de bureau de style Open Space qui accentue la propagation des bruits dans tout le local. Sans pour autant renoncer au plateau ouvert, il est possible d’améliorer le confort acoustique au bureau. Voici nos solutions.

La mise en place de cloisonnettes ou de box pour diminuer la cacophonie

Les appels téléphoniques, les bruits de clavier d’ordinateur ainsi que les discussions entre collègues, telles sont les principales causes de la nuisance sonore au bureau. Pour y remédier, la solution est de mettre en place des cloisonnettes amovibles. Dès lors qu’un salaire devra effectuer une activité bruyante, le mieux est d’installer les séparations pour limiter les gênes occasionnées. Il est aussi possible d’aménager un petit mur entre les collègues partageant le même bureau. Cet aménagement permet également de limiter les discussions personnelles entre les salariés. Vous pouvez aussi créer des « cabines acoustiques » ou « Phone Box » pour ceux qui souhaitent s’isoler de la nuisance sonore au bureau. Ces petites pièces, à l’écart de tous, sont de véritables bulles d’intimité pour les salariés.

Le choix des supports insonorisants pour limiter les bruits

Il existe des revêtements qui réduisent ou accentue la réverbération du bruit. Lors de l’aménagement de votre bureau, pensez donc à privilégier les supports qui absorbent au maximum le son. À titre d’exemple, les plafonds nus augmentent la réverbération sonore d’un espace. Il est donc nécessaire d’installer des faux plafonds qui diminuent l’écho de la pièce tout en embellissant le cadre du travail. Notez également que les supports tels que le métal, le béton, le marbre et même le bois sont des parois résonantes. À l’inverse, le textile absorbe le son. Par exemple, un sol en béton accentue les bruits de pas dans un bureau. En choisissant un revêtement comme les tapis ou les moquettes, la cacophonie liée au déplacement diminuera.

Un aménagement bien étudié, gage de confort sonore

Un confort acoustique au bureau repose également sur l’organisation de l’espace. La règle est d’éloigner le plus possible les zones dédiées aux réunions. Il est aussi important d’isoler les machines telles que les photocopieuses, les imprimantes qui génèrent énormément de bruits. Au quotidien, certaines tâches nécessitent plus de concentration que d’autres. C’est pourquoi, les salariés qui occupent ces postes de travail devront être installés dans un endroit à l’écart de tous.

Les étapes à suivre pour travailler dans l’immobilier à l’étranger
Mobilier de bureau : faut-il louer ou acheter ?